Toyota iQ

Mesurant un peu moins de 3 m de long pour 1,5 m de hauteur, affichant une consommation modérée, la prochaine Toyota iQ se présente comme la citadine des années à venir. Elle sera l’une des attractions du prochain mondial de Paris (du 4 au 19 octobre), et devrait être commercialisée début 2009.

Il faut reconnaître qu’il est assez curieux, pour ne pas dire stupide, de constater que la majorité des trajets (urbains notamment), ne concerne qu’une ou deux personnes, sans compter que le citadin pressé aura du mal, dans sa voiture-paquebot, à trouver une place de stationnement une fois arrivée à destination. L’idéal serait en fait le scooter, voire la Smart Fortwo : des solutions efficaces mais relativement peu flexibles (que faire s’il pleut ? si l’on doit transporter une troisième personne ?).

Avec sa petite iQ, Toyota propose aujourd’hui un compromis intéressant. Avec ses trois places et demie (trois adultes et un enfant), elle a été conçue autour d’une plateforme spécifique. Les recherches, tant en termes de design que d’architecture mécanique, ont permis le gain de place nécessaire sans rien sacrifier à la sécurité : le réservoir a été placé sous le plancher, les sièges avant ont été particulièrement étudiés afin de réduire leur épaisseur et le moteur a été revu dans sa configuration (le différentiel et le système d’aération notamment), afin de gagner les quelques centimètres cruciaux.

Au niveau esthétique, l’iQ est compacte. Avec ses boucliers avant et arrière qui semblent sur-vitaminés, ses optiques saillantes et haut-perchées, ses tours d’ailes élargis et ses grandes jantes 16 pouces, elle revendique même une certaine impression de robustesse. À l’intérieur, un tableau de bord asymétrique se déploie autour d’une console triangulaire centrale. Légèrement en retrait, celui-ci permet au passager d’avancer son siège afin de laisser davantage de place à la personne installée derrière lui. À l’arrière, la banquette rabattable 50/50 devrait permettre d’accueillir un adulte et un enfant, ou alors quelques bagages.

Misant sur une consommation raisonnable (environ 4l/100km), une émission de CO2 proche de 100g/km, et visant par ailleurs 5 étoiles au test EuroNCAP, Toyota cherche ainsi à faire de l’iQ la petite citadine de référence : sympathique, pratique, économique et rassurante.

Publicités

2 Réponses to “Toyota iQ”

  1. Fred Says:

    Si cette voiture consomme réellement 4l/100 km avec 3 adultes et 1 enfant et seulement 100g CO2/km ; il faut absolument qu’elle soit abordable au niveau prix car c’est sur ce type de véhicule que les trajets intra-urbain vont se fluidifier et rendre les déplacements écotech….

  2. La revue du design Says:

    Tout à fait d’accord !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :