Design et recherche

Par Christian Guellerin, directeur de l’Ecole de Design de Nantes Atlantique

Je viens de participer comme « speaker » au colloque organisé par IASDR – « International Association of Societies of Design Research » – un colloque de recherche faisant le point sur les travaux de nombreux chercheurs et universités internationaux. Il faut féliciter les organisateurs d’avoir réuni à Séoul autant de personnalités. Les débats furent passionnants et la production de connaissance a été remarquable. Mais cette profusion sur ce que les uns et les autres appellent « recherche » et « design » en tentant de les associer, m’a laissé perplexe.

Il faut nous méfier de ne pas tomber dans le piège que se sont eux-mêmes tendues les écoles de business à appeler, par exemple, « recherche en marketing » des études quanti/qualitatives qui se résument souvent à des tableaux statistiques et des interprétations qui, en tant que recherche, n’ont pas la rigueur de celles réalisées en sociologie. Pourquoi appeler « recherche en marketing », ce que doit être la pratique « marketing »?

Pourquoi appeler recherche en design toute réflexion sur la création et l’innovation?

Profiter de l’émergence du design et de son manque de visibilité dans le domaine de la recherche pour mener des études qui relèvent de la sociologie, de la psychologie, des sciences de l’éducation ou bien des sciences exactes et parler de recherche en design, ne me paraît aller dans la voie d’une démarche pertinente pour signifier le design comme discipline de recherche.

Parler de recherche en design lorsqu’il s’agit de pratique professionnelle de projet ne me semble pas non plus pertinent.

La question est de savoir si le design, en tant que pratique, peut se définir comme discipline scientifique. Les critères restent à construire et cela n’aide pas la recherche en design d’appeler « recherche », soit ce qui appartient à d’autres disciplines, soit ce qui est avant tout de l’innovation, une conception de nouveau produit élaboré selon les démarches méthodologiques inhérentes à la profession.

Il convient d’être prudent à ne pas brouiller le message d’une discipline le design qui est encore à chercher une définition et doit au sein de l’académie faire les preuves de sa légitimité. Faire de la « sous-sociologie », ou de la « sous psychologie » pour essayer de codifier des « émotions design » ne me paraît pas sérieux, ni à la hauteur de l’enjeu.

Il s’agit de circonscrire la recherche en un domaine spécifique à nul autre pareil, basé sur un langage de représentation et d’interface entre les connaissances dans tous les domaines des sciences humaines et des sciences exactes et les problématiques socio-économiques qui s’imposent au monde dans lequel nous vivons. Le design est un langage, une interface qui relie les Hommes, les idées, les connaissances et les projettent en un demain meilleur. Il convient d’en faire une science mais de ne pas tout mélanger sous prétexte que le design est partout et qu’il est flatteur de réfléchir.

Encore une fois, bravo aux organisateurs de cette conférence qui nous ont aidé à mieux nous interroger sur la recherche dans le domaine du design.

Advertisements

13 Réponses to “Design et recherche”

  1. Prof Z Says:

    Qu’est ce qu’un chercheur aujourd’hui avec les outils de recherche au service de tous?Qu’est ce qu’un journaliste aujourd’hui avec les outils de recherche d’informations au service de tous?

    J’ai fait une petite recherche sur le web visible. Comme la plupart des chercheurs français, j’utilise le moteur de recherche Google dont la plupart ne connaissent pas la syntaxe.
    -« recherche en marketing » 500000 occurences
    -« recherche en design » 75000 occurences.

    Apprenez à vos élèves à chercher et à apprendre seuls avec les outils d’aujourd’hui et à avoir un regard personnel et même une vision, ils n’auront ( presque) pas besoin de chercheurs…

  2. Prof Z Says:

    Je vous invite à lire cela sur le site de lunar design à propos de la recherche en design et de le comparer au sujet water drop de la Revue du design et vous verrez le gap sidéral entre le discours et la réalité du « produit « …
    « It’s all about people. Creating innovative products that satisfy the unmet – and indescribable – desires and needs of people is at the core of what we do. Our researchers employ techniques ranging from “shop-alongs” to in-home ethnography to understand people’s motivations and aspirations. And once we’ve crafted a design, testing and evaluating it with the right people can have a big payoff. In the end, LUNAR delivers more than a thick report; we deliver actionable insights that can drive design and deliver the right experience for your customers and your brand. »

  3. Prof Z Says:

    j’aime beaucoup cette image du design et de la recherche en design présentée à Paris pendant le designer’s days

  4. Celine Mougenot Says:

    Merci a Christian Guellerin pour ce post un brin provocateur.

    Un passage en particulier me fait reagir:
    « Profiter de l’émergence du design et de son manque de visibilité dans le domaine de la recherche pour mener des études qui relèvent de la sociologie, de la psychologie, des sciences de l’éducation ou bien des sciences exactes et parler de recherche en design, ne me paraît aller dans la voie d’une démarche pertinente pour signifier le design comme discipline de recherche. »

    Le design est une pratique complexe et multi-facettes, elle convoque de nombreuses disciplines, il me semble donc naturel que la recherche en design explore ces multiples facettes et s’appuie sur les methodes et outils de recherche propres a chacun de ces champs.

    La presence de chercheurs de nombreuses disciplines (sciences humaines, sciences de l’ingenieur…) dans les conferences de recherche en design (IASDR, Ateliers de la Recherche en Design…) montre justement la richesse de la pratique du design.
    L’etendue de la communaute de chercheurs qui etudient le design est a l’image de la richesse de cette pratique unique et il ne me semble pas qu’on fasse forcement fausse route en reunissant autant de disciplines autour de cet objet de recherche si particulier.
    La recherche en design a deja quelques decennies d’existence, les conferences IASDR croissent d’annee en annee. L’enthousiasme et la productivite des chercheurs qui s’y retrouvent, et qui sont souvent eux-memes praticiens du design, sont peut-etre bien un indicateur que la recherche en design est en bonne voie pour etre une science.
    Cette demarche ne parait donc pas particulierement absurde et je suis curieuse de connaitre d’autres demarches possibles pour construire la recherche en design, comme semble le suggerer Christian Guellerin.

    Merci en tout cas pour cet article stimulant, qui fait suite a la plus importante conference de recherche en design a laquelle la communaute francaise n’etait malheureusement pas beaucoup representee.

    Celine Mougenot, Research Associate
    The University of Tokyo
    http://celine.mougenot.googlepages.com

    ps: desolee pour l’absence d’accent.

  5. Prof Z Says:

    Je crois que le terme recherche est tellement vague que cela peut nous emmener partout…de la recherche documentaire à la recherche marketing, à la recherche et developpement (R&D) en passant pas la recherche en sciences humaines généralement associée au design…sans oublier la recherche en ergonomie que beaucoup de chercheurs semblent ignorer
    Il faut à mon avis partir des besoins du designer dans sa recherche de solutions pour simplifier
    Jean Marie Massaud l’explique très bien ce qu’il recherche dans cette vidéo…sur le lieu de design…

    http://www.lelieududesign.com/ils-parlent-du-lieu#content-core-
    inner

  6. Yves Mineur Says:

    Je partage l’avis de Céline Mougenot. L’activité de recherche dont l’objet revendiqué est aujourd’hui le design, présente tous les aspects de celles qui ont conduit à l’émergence de bien des sciences nouvelles comme les sciences cognitives ou les sciences de l’information et de la communication.

    L’intérêt porté par certains chercheurs au design, même si ce regard semble creuser un fossé par rapport à sa pratique, me paraît légitime. J’y vois là comme une logique discursive capable de fédérer des éclairages théoriques tout à fait pertinents pour donner corps à cette discipline qu’est le design ou à laquelle il aspire à s’identifier.

    Le parcours entamé en son époque par H.A.Simon (les sciences de l’artificiel) vers la fondation d’une science de la conception, me semble présenter à cet égard certaines similitudes avec les réflexions abordées autour du design. Du reste, design et conception dans le milieu ingénieural partagent à l’évidence des lieux communs, ne serait-ce bien sûr que par leur lien étymologique.

    On ne peut que s’enrichir, à mon avis dans certains cas, à s’ouvrir sur des espaces aux contours flous, là où d’autres éprouveraient le sentiment de se disperser ou de se diluer.

    Merci aussi pour recueillir et offrir sur ce site autant d’informations nouvelles et intéressantes sur le design à la disposition ainsi du plus grand nombre.

  7. Celine Mougenot Says:

    Il est vrai qu’on peut mettre beaucoup de choses derriere le terme « recherche » mais je crois qu’on parle ici de « recherche scientifique », c’est-a-dire d’une activite qui vise a produire de la connaissance, dans notre cas sur le design, par le design, pour le design.
    Et je crois que c’est une specificite de la recherche en design que d’etre fortement connectee a d’autres disciplines de recherche.

    Celine Mougenot,
    Research Associate The University of Tokyo

  8. Prof Z Says:

    La « recherche scientifique » n’est pas réservée aux chercheurs. La frontière est floue entre chercheurs, ingénieurs et techniciens car certains ingénieurs et techniciens font des recherches et publient (au sens scientifique du terme). En général, on veut dire en France chercheur statutaire.

  9. La Revue du Design Says:

    Merci Yves pour votre commentaire.

    Je suis heureux que cet article suscite de si nombreux et précieux commentaires, la recherche en design étant un sujet loin d’être tranché, et aux contours restant à définir.

    L’intérêt de l’approche de Christian Guellerin, c’est vrai un brin provocatrice (comme le souligne Céline Mougenot) mais aussi assez rafraîchissante, est qu’elle ne nie pas en soi la possibilité d’une recherche en design, mais elle en démontre un certain nombre d’écueils:
    – le fait que des recherches sur le design ne sont pas des recherche en design,
    – et le fait que certaines de ces recherches ne sont pas à proprement parler des « recherches », mais que le terme est parfois employé afin de créditer de sérieux certaines approches projet.

    Alain Findeli a, entre autres, posé quelques bases possibles d’une recherche en design, une recherche qui doit inventer ses propres outils dans la mesure où cette discipline est « appliquée » et que ses praticiens sont amenés tant à analyser le contexte de leur production que d’y intervenir.

    A ce sujet, voici un lien vers une conférence que nous avons découvert récemment, éclairant un peu cette approche: http://www.gradient.umontreal.ca/edintv/conferences/desco3/findeli_penser.php

    « Il est un fait acquis que, dans le cours d’un projet de design, il s’établit une relation entre théorie et pratique. Sur la nature exacte de cette relation, les esprits sont très divisés et il n’est pas envisageable, voire peut-être souhaitable, qu’un consensus s’établisse sur la question, à court terme du moins, au sein de la communauté internationale de recherche en design. Une façon élégante de s’en sortir est d’affirmer que cette relation est complexe, donc irréductible à l’analyse. » (Alain Findeli)

    Alexandre Cocco

  10. cguellerin Says:

    Merci Alexandre pour cette intervention et pour vos commentaires. Mon texte ne se voulait pas provocateur. je dis simplement qu il faut etre prudent a ne pas appeller « recherche » tout et n importe quoi.
    Et je suis persuade qu il y a une voie specifique pour le design dans le domaine de la recherche.
    Il reste a valider definitivement laquelle afin que nous puissions serieusement avancer sur ce sujet et faire progresser la connaissance. Alain Findeli est probablement aujourd hui l un des plus pertinents sur le sujet.

  11. Prof Z Says:

    Afin de me consacrer à mes recherches, j’ai pris l’option de ne plus commenter dans les blogs pendant un certain temps.
    Si vous souhaitez poursuivre avec moi un dialogue constructif et bâtir des propositions concrètes pour l’avenir ,il suffit de m’écrire.

  12. La Revue du Design Says:

    @ Prof Z.
    Bonnes recherches alors.
    N’hésitez pas à nous tenir informés.
    AC

  13. nicolas Says:

    Par ailleurs, il me semble qu’il est aussi intéressant de se demander pourquoi la question de l’existence de la recherche en design se pose aujourd’hui. Et de lier au changements des structures d’enseignement/de formation en regarde de leur rôle ou de l’unicité du modèle académique… avec l’assemblage formation et recherche. Cette dernière doit être « évaluée » (pour diverses raisons)… et les outils à disposition sont plus uniformisés… laissant peu de place à différents épistémologies…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :